Toggle search bar

WxT Language switcher

Rivière Kazan

Sarvaqtuuq

Désignée


Province
Nunavut
Length
615km

Carte de l'histoire

Chaque carte narrative d’une rivière du patrimoine canadien comporte diverses représentations visuelles de données géospatiales, du texte, des photos, des vidéos et des liens externes.

Voir la carte
ᐃᓄᒃᑎᑐᑦ   |   Cette page est disponible en Inuktitut

Patrimoine naturel

La rivière Kazan traverse une zone de transition entre la forêt boréale et la toundra dénudée, le tronçon désigné couvrant la distance de 615 km entre le lac Ennadai et le lac Baker.

Dans la région du bassin hydrographique Kazan, la forêt clairsemée se compose d’épinettes noires et de mélèzes laricins d’à peine un ou deux mètres de hauteur. La région se caractérise aussi par un terrain rocheux fait de grès, de granite et de roche volcanique. Les couches inclinées de grès rouge présentent un intérêt particulier; elles sont notamment bien exposées du côté est de la rivière et résultent de la formation de dunes géantes sculptées par le vent il y a plus de 1,8 million d’années.

Certaines des régions de la rivière possèdent une végétation luxuriante qui se concentre aux abords de détroits d’eaux vives et de chutes majestueuses. On remarquera particulièrement les Trois cascades, une série de chutes de 5 à 7 mètres de hauteur, ainsi que les magnifiques chutes Kazan.

Patrimoine culturel

Les traces des Inuits du Caribou et des peuples qui sont venus avant eux sont visibles tout au long de la rivière, évocations de l’époque où leur subsistance dépendait entièrement de la terre. Les Inuits du Caribou circulent toujours en canot et en kayak sur la Kazan pour y chasser et y pêcher.

Leurs ancêtres Dénés et Inuits fréquentaient l’aire en été il y a plus de 5 000 ans; le reste de l’année, ils se retiraient à la limite forestière ou sur la côte. La carte de la Kazan fut dressée lorsque J. B. Tyrrell, premier géologue à y circuler, la descendit en canot jusqu’au lac Forde en 1894.

Patrimoine récréatif

Pendant 6 à 8 semaines chaque année, entre juillet et septembre, les canotiers enthousiastes habitués à la nature sauvage peuvent descendre la rivière. Les emplacements de camping sont nombreux et facilement accessibles. Tous ont été occupés dans le passé et les voyageurs ont souvent l’impression de marcher dans des camps, des territoires de chasse, des pistes, des belvédères et des cimetières Inuits récents.

La pêche de l’omble de l’Arctique et du touladi est excellente sur tout le cours de la rivière. D’innombrables pistes de caribous traversent la toundra et les longues heures des crépuscules d’été s’égrainent souvent au rythme du bruit des sabots de caribous, d’où leur nom inuit « tuk-to ». Les ornithologues peuvent aussi observer plusieurs espèces d’oiseaux qui sont rares au Sud : la sterne arctique, le cygne siffleur, le harfang des neiges et le lagopède.

Fait intéressants

Le carcajou et le bœuf musqué habitent la région. Jadis décimée en raison de la demande pour des vêtements faits avec sa peau en Europe, la population de bœuf musqué va très bien aujourd’hui sur les bords de la rivière grâce aux efforts de conservation.

Gestionnaires de rivières

La rivière Kazan est gérée conjointement par plusieurs partenaires de la collectivité coordonnés par Parcs territoriaux et endroits spéciaux du ministère de l’Environnement du Nunavut.

Découvrir plus

Désignation

En juillet 1990, un tronçon de 615 km de la rivière Kazan a été désigné au Réseau des rivières en raison de ses valeurs naturelles, culturelles et récréatives.

La désignation rend hommage au paysage boréal exceptionnel de la rivière et au fait qu’elle est la voie de migration de l’immense harde de caribous Kaminuriak qui compte quelque 320 000 individus, ce qui en fait le plus grand mouvement de mammifères terrestres au monde. La désignation résulte aussi de l’ardent désir des Inuits du Caribou de voir commémorer leur mode de vie traditionnel sur la rivière.

Les partenaires

  • Kivalliq Inuit Association et Nunavut Tunngavik Incorporated

Ressources

titre type fichier
Rivière Kazan Rapport décennal 1989 – 1999 Archived / archive en anglais seulement Rapports décennaux PDF sur Rivière Kazan Rapport décennal 1989 – 1999

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Texte de la plaque

Les plaques des rivières du patrimoine canadien offrent un bref coup d’œil sur les raisons pour lesquelles une rivière a été désignée dans le système. Elles sont souvent situées à proximité de l'un de ses sites historiques importants et mettent en valeur certaines des valeurs naturelles, culturelles et récréatives les plus importantes de la rivière.

Rivière Kazan texte de la plaque

La rivière Kazan - La peuplade des Inuit Caribou est la première communauté a habiter en permanence la toundra dénude de la vallée de la rivière Kazan. Leur survie est assurée depuis des générations par la migration annuelle des immenses troupeaux de caribous traversant la rivière. Inconnue jusque là des Européens, la rivière Kazan fut reconnue en 1770 par Samuel Hearne et cartographiée pour la première fois en 1894 par le scientifique de renom, J.B. Tyrrell. Aujourd’hui, cette rivière impétueuse dont les eaux traversent le Bouclier précambrien offre aux canoteurs expérimentes des rapides spectaculaires et des aperçus dus mode de vie Inuit. En raison de ces caractéristiques remarquables la rivière Kazan a été désignée rivière du patrimoine canadien.