Toggle search bar

WxT Language switcher

Rivière Haute-Ristigouche

Lust-a-Gooch River

Désignée


Province
Nouveau-Brunswick
Length
55km

Carte de l'histoire

Chaque carte narrative d’une rivière du patrimoine canadien comporte diverses représentations visuelles de données géospatiales, du texte, des photos, des vidéos et des liens externes.

Voir la carte

Patrimoine naturel

Le tronçon de 55 km désigné de la rivière Haute-Ristigouche au Nouveau-Brunswick coule principalement dans des forêts publiques, qui abritent le pygargue à tête blanche, l’orignal et le lynx du Canada. L’habitat exceptionnel que fournit la rivière au saumon atlantique attire des pêcheurs dans la région depuis des centaines d’années, et la rivière demeure l’une des principales destinations de pêche à la mouche de l’Amérique du Nord.

Patrimoine culturel

La rivière Ristigouche a toujours été importante pour les peuples Mi’kmaqs comme moyen de transport et de subsistance. La rivière était un important corridor de transport pour les premiers Européens qui se déplaçaient du fleuve Saint-Jean jusqu’au fleuve Saint-Laurent. En 1760, les Anglais ont détruit la flotte française au cours de la bataille de la Ristigouche, dernier combat naval entre la France et la Grande-Bretagne pour la possession de l’Amérique du Nord. À l’époque, le hameau de Ristigouche était habité par bon nombre de réfugiés acadiens et quelque 150 familles Mi’kmaqs.

Patrimoine récréatif

Le saumon atlantique fait partie intégrante de l’attrait que représente la Ristigouche, et cela a été vrai à toutes époques de son histoire. La portion désignée de la rivière compte quatre camps de pêche récréative, dont trois sont privés; Carter Camp, Kedgwick Lodge et Down’s Gulch Lodge. Le quatrième, celui de Larry’s Gulch, appartient à la province du Nouveau-Brunswick.

L’avenir du saumon était autrefois préoccupant, ce qui a engendré la mise en place des premières lois en matière de conservation de l’Amérique du Nord, en 1824. Devant le déclin qui s’annonçait, l’Acte des pêcheries de 1858 a tracé la voie au système actuel de baux, de droits des clubs de pêche et de pêche publique par tirage au sort.

La Ristigouche est une destination populaire pour les adeptes de canotage et de kayak. Des exploitants d’emplacements de camping et d’écotourisme fournissent un excellent service dans la région pour les adeptes de sports de pagaie, de randonnée et de motoneige. Pour obtenir plus d’information sur les activités de canotage, consulter le site Web du Conseil de gestion du bassin versant de la rivière Restigouche.

Fait intéressants

D’après une légende Mi’kmaq, le nom de la rivière Ristigouche vient de l’histoire d’un chef affligé par la mort de son fils tué par des Mohawks qui braconnaient sur la rivière. Le chef s’était opposé au plan échafaudé par son fils contre les braconniers et a donné à la rivière ce nom qui signifie « celui qui a désobéi à son père ».

Note : La rivière Ristigouche se nomme Restigouche en anglais. Cette dernière façon de la nommer est parfois utilisée en français par certains des organismes. Bien que La banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada recommande la forme Ristigouche en français, nous rapportons sur cette page le nom officiel bilingue de l’organisme à but non lucratif issu du milieu Le Conseil de gestion du bassin versant de la rivière Restigouche

Gestionnaires de rivières

Le Conseil de gestion du bassin versant de la rivière Restigouche est responsable de la gestion du tronçon désigné de la rivière.

Découvrir plus

Désignation

Un tronçon de 55 km de la rivière Haute-Ristigouche au Nouveau-Brunswick a été désigné au Réseau des rivières du patrimoine canadien en 1998 en raison de ses valeurs naturelles, historiques et récréatives exceptionnelles. Cette rivière est l’exemple parfait d’un environnement fluvial résultant du processus géologique des ères paléozoïque et cénozoïque. Elle a toujours été une voie de transport importante pour les Mi’kmaqs et elle est étroitement liée à l’établissement européen.

La Ristigouche propose des activités récréatives exceptionnelles comme les sports de pêche et le canot-camping.

Texte de la plaque

Les plaques des rivières du patrimoine canadien offrent un bref coup d’œil sur les raisons pour lesquelles une rivière a été désignée dans le système. Elles sont souvent situées à proximité de l'un de ses sites historiques importants et mettent en valeur certaines des valeurs naturelles, culturelles et récréatives les plus importantes de la rivière.

Rivière Haute-Ristigouche texte de la plaque

Rivière Haute-Ristigouche - Dans cette rivière, le saumon est roi. Les rayons de soleil miroitent sur les eaux cristallines de ses rapides et ses sources d’eau limpide. Le lynx chasse le chevreuil et le tétras dans les forêts de cèdres, d’épuiettes et de spins qui bornent la Ristigouche, en ces liuex où, jadis, des bûcherons faisaient descendre sur son cours des billots gigantesques pour les acheminer vers les moulins à scie de la baie des Chaleurs. Des balbuzards et des aigles à tête blanche, perchés sur les saillies des falaises, scrutent les eaux de la rivière à la recherche d’un saumon ou d’une truite; pour ces oiseaux, tout comme pour les Nations Micmac et Malécite, la nourriture vitale que recèle la rivière constitue le lien entre leur passé et leur avenir. Sur le tronçon de 55 km de longueur entre le ruisseau Jardine et la rivière Patapedia, un seul pont assure l’accès au canotage et au camping dans un milieu sauvage magnifique, et aux activités de pêche sportive du saumon de l’Atlantique, un tradition qui remonte à plus d’un siècle, à une époque où le poids de certains spécimens atteignait jusqu'à 50 livres. La designation de ce cours d’eau au titre de rivière du patrimoine canadien aidera à assurer que les valeurs naturelles, culturelles et récréatives exceptionnelles de la Haute-Ristigouche seront reconnues et préservées à jamais.