Le Tronçon Thirty Mile (Fleuve Yukon)

Le Tronçon Thirty Mile (Fleuve Yukon)

thirty_mile

Patrimoine naturel

Avec ses 3 200 km, le fleuve Yukon est le 10e plus long cours d’eau dans le monde, et le 4e plus long en Amérique du Nord. Le tronçon « Thirty Mile » est relativement étroit (50 à 100 mètres de large), son canal fluvial comprend un segment de 48 km au centre-sud du Yukon. Le tronçon commence à l’embouchure du lac Laberge, 96 km au nord de Whitehorse, et se termine à la confluence de la rivière Teslin.

Avec ses eaux cristallines, ses affluents profondément encaissés, ses bancs rabaissés et réduits sur les rives, et ses promontoires de sable et de gravier presque perpendiculaires atteignant 100 mètres de hauteur, le Thirty Mile est sans doute le tronçon le plus pittoresque du fleuve Yukon. Les eaux bleu-vert du Thirty Mile jouent un rôle important dans la migration des saumons.

Des cendres volcaniques blanches se sont déposées sur toute la partie sud du territoire du Yukon lors d’une importante irruption survenue il y a plus de 1 200 ans. Des moraines, des eskers et d’autres vestiges de la période glaciaire sont aussi des caractéristiques géologiques intéressantes qu’on retrouve dans la région. Le carcajou, le grizzli, le pygargue à tête blanche et l’aigle royal, de même que le cygne trompette arpentent les berges du fleuve, aux côtés d’importantes populations d’oiseaux migrateurs.

Patrimoine culturel

De l’époque préhistorique à la fin des années 1950, moment où l’on construisit les premières routes praticables en toutes saisons et que le transport aérien prit de l’importance, le fleuve Yukon fut la seule voie d’accès pour la colonisation et le développement dans la région. La mise en candidature du tronçon Thirty Mile au titre de rivière du patrimoine canadien reposait en grande partie sur l’étroite association de ce cours d’eau avec la célèbre ruée vers l’or du Klondike et l’époque des bateaux à aubes. À l’apogée de la ruée vers l’or du Klondike en 1898, près de 30 000 chercheurs d’or et 7 000 embarcations ont emprunté le tronçon Thirty Mile pour aller de Bennett, en Colombie-Britannique, jusqu’aux champs aurifères des environs de Dawson City. Avec son courant rapide et ses étranglements, le tronçon Thirty Mile – entre Whitehorse et Dawson City – était la section la plus dangereuse du fleuve Yukon. Ses courants forts, ses hauts-fonds et ses rochers traîtreusement émergés ont causé le naufrage d’un plus grand nombre de bateaux que partout ailleurs le long du Yukon. On trouve de modestes sépultures sur les lieux des naufrages qui portent le nom des épaves qu’on y trouve, comme le ruisseau Domville, le récif Casca, le ruisseau La France et le récif Tanana.

Patrimoine récréatif

Chaque année, les touristes parcourent ce tronçon du fleuve en canot, en kayak, en embarcation à moteur et en radeau pneumatique, de Whitehorse à Carmacks ou à Dawson City, et revivent ainsi l’expérience des chercheurs d’or tout en profitant de la nature sauvage du Yukon. On y trouve de beaux terrains de camping, généreusement pourvus en eau et en bois à brûler. Les meilleurs sites sont situés à Johnston Island et à Hootalinqua.

La région offre la possibilité d’admirer et de photographier la nature sauvage du Yukon, ainsi que de faire des randonnées dans les collines avoisinantes d’où l’on peut admirer le fleuve et la nature sauvage. Il est aussi possible de visiter des ruines historiques ou de pêcher le saumon migrateur, l’ombre, le grand brochet, la truite de lac, le corégone et d’autres espèces.

Qui gère la rivière?

Le tronçon Thirty Mile est géré par le gouvernement du Yukon. Yukon Parcs et l’Unité des lieux historiques du ministère du Tourisme et de la Culture du Yukon ont tous des responsabilités dans la gestion de la rivière. Le plan de gestion de la rivière et le rapport décennal de la désignation sont accessibles en ligne (en anglais).

Le Ta’an Kwach’an Council (en anglais seulement) protège et promeut aussi les lieux le long du corridor fluvial qui font partie de son patrimoine culturel et de ses valeurs, et qui y contribuent.

Faits intéressants

Le nom Yukon vient du mot Gwich’in Yu-kun-ah, qui veut dire « grande rivière », et il fait référence au fleuve Yukon.

L’île Shipyard (ou de Hootalinqua) est associée à la ruée vers l’or. On y voit encore les vestiges du S.S. Evelyn/Norcom, un bateau à aubes construit en 1908 qui se désintègre lentement, depuis qu’il a été transporté à cette installation de stockage d’hiver à la fin de la saison d’expédition de 1913.

Photos