Thames

Thames

thames_resized2-693-600-400-100

Patrimoine naturel

La Thames naît en trois endroits distincts près de Mitchell (Thames-Nord), Hickson (Thames moyenne) et Tavistock (Thames-Sud). Les Thames moyenne et Sud se rejoignent à l’est de London et les bras nord et sud se rencontrent aux « Forks », à London, le site historique le plus important de la ville. De là, la rivière s’écoule vers le sud-ouest, traversant plusieurs agglomérations, dont Chatham, et quatre réserves des Premières Nations, avant de se jeter dans le lac Sainte-Claire à Lighthouse Cove.

Les embranchements supérieurs de la rivière traversent d’anciens déversoirs glaciaires formés à la suite du dernier retrait glaciaire. Le lit des cours d’eau est rocailleux et les flancs de la vallée sont escarpés, avec des versants abrupts ou des terrasses sur au moins un côté. Par contraste, la Thames inférieure a découpé son propre chenal peu profond dans les plaines d’argile et de sable. Là, le lit de la rivière est doux et le débit est calme. Le couloir fluvial demeure essentiellement intact, et se présente sous un aspect qui n’a pas beaucoup changé en 300 ans.

Le bassin hydrographique de la Thames traverse les zones carolinienne et des Grands Lacs-Saint-Laurent, l’une des régions du Canada possédant la plus grande diversité biologique. Cette région abrite des espèces végétales variées, dont les plus rares exemples sont le ginseng, le dragon vert et le stylophore à deux feuilles. La tortue molle à épines a pris la Thames pour maison, tout comme une des communautés de poissons les plus diversifiées au Canada.

Patrimoine culturel

Un patrimoine culturel exceptionnel est conféré à la rivière Thames par plus de 11 000 années d’occupation continue par les peuples autochtones du Canada et une riche histoire d’exploration et de colonisation européennes.

De l’époque paléoindienne jusqu’à nos jours, la rivière a toujours servi à la subsistance et au peuplement. Quatre groupes de Premières Nations distincts résident toujours le long de la Thames : les Chippewa de la Thames, les Moravian de la Thames (Moraviantown), la Nation Munsee-Delaware et la Nation des Oneida de la Thames.

La Thames fut l’un des principaux théâtres des opérations de la guerre de 1812, époque où le légendaire chef Shawnee Tecumseh périt à la bataille de Moraviantown. Un traité de paix ratifia par la suite la frontière canado-américaine dans ce qui est aujourd’hui le Sud-Ouest de l’Ontario.

La rivière Thames fut le point d’arrivée d’esclaves américains en fuite qui empruntèrent le chemin de fer clandestin avant la guerre civile américaine. Elle est aussi reconnue comme le lieu de naissance de l’agriculture canadienne et elle est encore aujourd’hui le cœur battant de l’agriculture de l’Est du Canada.

Patrimoine récréatif

La rivière Thames et son bassin hydrographique alimentent une diversité d’activités de loisirs. Les barrages et réservoirs construits pour lutter contre les inondations sont tout indiqués pour les amateurs de navigation de plaisance, de voile et de pêche. Pour les adeptes de randonnée pédestre, le sentier de la vallée de la Thames (en anglais seulement) d’une longueur de 109 km, s’étend de Delaware, vers le nord-est, jusqu’à St Marys, où il rejoint le sentier Avon, qui serpente sur 100 km avant de rejoindre à son tour le sentier Grand River.

La navigation de plaisance se pratique depuis toujours sur la rivière, et celle-ci offre d’excellentes possibilités de canotage contemplatif, où rares sont les rapides difficiles à négocier. En outre, les rameurs nationaux et olympiques canadiens viennent s’entraîner dans la région au High Performance Rowing Centre situé au réservoir Fanshawe.

Qui gère la rivière?

La rivière Thames est gérée par la Upper Thames River Concervation Authority et la Lower Thames Valley Conservation Authority (sites en anglais) qui ont porté le processus de désignation pour cette rivière, la stratégie Thames (en anglais). Aussi, chacun de ces organismes travaille de pair avec les membres des agences municipales, avec des groupes communautaires et avec des citoyens pour améliorer la qualité de l’eau, protéger l’environnement contre des inondations et la sécheresse, ainsi que préserver et bonifier les espaces naturels.

Faits intéressants

Des esclaves américains en fuite empruntèrent le chemin de fer clandestin pour venir s’établir aux abords de la rivière, près de Chatham, au milieu du 19e siècle.

Photos