Seal

Seal

Seal River

Patrimoine naturel

Le tronçon désigné de la rivière Seal mesure 260 km de long et s’étend à partir du confluent des rivières North Seal et South Seal, au lac Shethanei, jusqu’à la baie d’Hudson. La rivière est située dans une région sauvage, à 1 000 km par vol nolisé de Winnipeg.

La rivière Seal prend sa source au lac Shethanei, entouré d’eskers magnifiques au sommet sablonneux, avant de traverser des peuplements d’épinettes noires et de poursuivre sa course dans une série de rapides et de gorges. Au-delà de la forêt boréale, la rivière franchit une zone de transition subarctique aussi appelée « Terre des petits bâtons », puis sillonne la toundra arctique et des champs de moraine avant de terminer sa course dans l’estuaire de la baie d’Hudson.

La rivière Seal demeure la plus importante rivière encore inexploitée dans le Nord du Manitoba. Elle est jalonnée de nombreuses traces de glaciation, notamment d’immenses eskers de 300 mètres de largeur s’étendant sur plusieurs centaines de kilomètres dans un axe nord-sud. Le tronçon de rivière désigné offre un habitat à une trentaine de plantes rares au Manitoba et à des espèces fauniques répandues comme l’orignal, l’ours noir, le loup, le renard, le lièvre d’Amérique, le lagopède, la bernache du Canada, le canard, la loutre et le castor. Des espèces particulièrement remarquables sont observées dans la région, par exemple le carcajou, l’aigle royal, le pygargue à tête blanche, le balbuzard pêcheur, le béluga, le phoque commun, le caribou de la toundra et l’ours polaire.

Patrimoine culturel

La région de la rivière Seal a joué un rôle important pour les voyages, la pêche et la chasse chez les autochtones. On trouve un grand nombre d’artéfacts préhistoriques et de sites archéologiques dans la région. Certains objets découverts datent de l’ère des Paléoindiens, soit il y a 7 000 ans. D’autres objets datent d’une période moins ancienne, celle de la tradition Taltheili, et proviennent de la période située entre l’an un et l’an 1700 de notre ère. La rivière est aussi étroitement associée à un explorateur européen, Samuel Hearne, de la Compagnie de la Baie d’Hudson. Celui-ci quitta le fort Prince-de-Galles, près de Churchill, en février 1771, et suivit à pied le cours de la Seal à l’intérieur des terres, jusqu’au lac Shethanei. Aujourd’hui, les Dénés de Sayisi, descendants des peuples qui ont accompagné Samuel Hearne dans son expédition terrestre jusqu’à l’océan Arctique, continuent d’utiliser et de vénérer la rivière selon les traditions transmises par leurs ancêtres.

Patrimoine récréatif

La rivière Seal offre des possibilités de kayak et de canotage en eaux vives dans un décor sauvage exceptionnel. Seul un petit nombre d’aventuriers entreprennent de la descendre chaque année. Une excursion sur la rivière s’avère difficile : traversée de lacs en eau froide, longues séries de rapides et estuaire parsemé de blocs rocheux. Une randonnée pédestre jusqu’au sommet des eskers est récompensée par un panorama tous azimuts sur un environnement naturel intact.

Qui gère la rivière?

La rivière Seal est gérée par Développement durable. Le plan de gestion de la rivière du RRPC (en anglais seulement) et le rapport de surveillance de 20 ans (en anglais seulement) sont accessibles en ligne.

Faits intéressants

L’estuaire de la rivière est une aire d’élevage et de mise bas d’une population de 3 000 bélugas, qui fait partie de la plus forte concentration au monde de cette espèce. Le nom de la rivière vient du phoque commun (harbour seal) qui, bien qu’il soit normalement un animal marin, peut être observé jusqu’à 200 km en amont à partir de la baie d’Hudson.

Photos