Grand

Grand

dsc_0923_2-203_grand_river

Patrimoine naturel

Les terres agricoles représentent plus de 78 % de la superficie de 6965 km2 du bassin hydrographique de la rivière Grand, le plus vaste dans le Sud de l’Ontario. L’Office de protection de la nature de la rivière Grand (OPNRG) travaille depuis 1948 à la gestion du bassin hydrographique afin de protéger ses ressources naturelles et récréatives.

Bien que la rivière n’ait pas reçu sa désignation pour ses valeurs naturelles, les marais Luther et Grand River sont des havres pour la faune et ils offrent à différentes espèces des habitats de nidification et des sites de frai essentiels. Notamment, la survie d’espèces comme le grand héron, le petit blongios, le phalarope de Wilson, le balbuzard pêcheur, l’achigan à grande bouche, le grand brochet et la perchaude dépend de ces marais. La forêt entourant la rivière Grand est l’une des rares forêts caroliniennes à subsister au Canada, s’y trouvent entre autres l’érable sycomore, le sassafras, le caryer glabre et le chêne jaune.

Patrimoine culturel

Plus de 800 sites archéologiques racontent les quelque 11 000 années d’histoire humaine dont le bassin de la rivière Grand a été témoin. À l’arrivée des Européens, les Neutres contrôlaient le territoire de la rivière Grand. Après la Révolution américaine, les membres de la Confédération iroquoise se sont vu octroyer des terres du bassin hydrographique en remerciement de leur loyauté à l’égard de la Couronne britannique. Les colons loyalistes ont été suivis par des mennonites de la Pennsylvanie et des immigrants écossais. La chapelle Mohawk (en anglais seulement) et la tour commémorative des Pionniers-de-Waterloo à Kitchener sont deux lieux historiques qui rappellent leur arrivée.

Les bâtiments historiques et les vestiges des industries du passé sont toujours visibles dans les localités situées en bordure de la rivière. Ce patrimoine bâti a été préservé et converti en marchés et en restaurants dans les petites villes d’Elora, de Fergus, de Cambridge et de Brantford.

Le premier barrage du Canada servant à la conservation de l’eau, le barrage Shand, a été construit à Fergus en 1942. La digue a créé Belwood Lake, un endroit en vogue où se déroulent des activités récréatives tout au long de l’année.

Patrimoine récréatif

La région offre de nombreuses possibilités pour le camping, la pêche, la navigation de plaisance, le pique-nique, la randonnée pédestre, la baignade, l’observation de la nature et l’éducation écologique dans les 37 aires de conservation de l’OPNRG, et le long du vaste réseau de sentiers de randonnée pédestre et de pistes cyclables. Le site Web de l’OPNRG est une excellente source d’information sur les activités récréatives et culturelles proposées dans le bassin de la rivière Grand, y compris sur les sentiers et les routes de canotage.

Qui gère la rivière?

L’Office de protection de la nature de la rivière Grand (en anglais seulement) est responsable de la gestion de cette rivière du patrimoine.

Faits intéressants

L’aire de conservation de Rockwood, sur la rivière Eramosa, renferme ce qui est peut-être la plus grande marmite de géants au monde avec ses cinq à six mètres de diamètre et ses quelque treize mètres de profondeur. Elle est surnommée  « Devil’s Well ».

Découvrez comment l’OPRNG a gagné l’International Thiess Riverprize pour sa gestion exemplaire de cette rivière du patrimoine canadien dans notre section Histoires de réussite.

Photos