Cowichan

Rivière Cowichan

cowichan_r-fishing

Patrimoine naturel

La rivière Cowichan prend naissance à l’extrémité est du lac Cowichan, dans la partie sud-ouest de l’île de Vancouver, dans une zone riche, la zone côtière à pruche de l’Ouest. Alimentée par de petits ruisseaux, la rivière a un débit variable, alternant entre rapides, chutes et vastes chenaux calmes traversant de larges vallées. La rivière poursuit sa course jusqu’à la mer, où elle irrigue la zone côtière à douglas taxifoliés, au climat maritime sec.

La topographie particulière témoigne du passé glaciaire de la région, notamment les monticules de gravier laissés lors du retrait des glaciers. Des terrasses fluviales, des cônes alluvionnaires et un vaste estuaire sont créés par les sédiments que la rivière transporte sur son parcours. Des panoramas spectaculaires, comme ceux des chutes Skutz et du canyon Marie, illustrent également l’histoire géologique unique de la région. De nombreuses espèces d’oiseaux et de mammifères ont élu domicile dans la région de la rivière Cowichan, et la vie sauvage de la rivière est peuplée de saumons coho et quinnat; de truites brunes, arc-en-ciel et fardées; de lamproies et de moules d’eau douce.

Un large éventail d’espèces animales et végétales ont élu domicile dans la région. Notamment, l’emblématique population de saumons de la rivière Cowichan, qui a nourri le peuple des Salish du littoral et assuré sa subsistance pendant des millénaires, revêt une importance particulière. Le saumon est une espèce clé de la mer des Salish du fait qu’il nourrit divers animaux, dont l’épaulard, une espèce résidente. Après la mort des saumons, leurs carcasses fournissent des éléments nutritifs à la chaîne alimentaire qui soutient un écosystème complexe, des plus petits insectes aux aigles et aux ours. Indirectement, le saumon contribue même à la subsistance de la forêt qui borde la rivière.

Le réseau hydrographique de la rivière Cowichan est le lieu de résidence des Salish du littoral depuis des millénaires. Le peuple des Cowichans continue d’entretenir une relation étroite avec la rivière, dont il dépend pour la pêche, la cueillette et la spiritualité ainsi que pour s’abriter, se procurer des remèdes et s’adonner à d’autres activités traditionnelles et contemporaines.

Patrimoine culturel

La vallée de la rivière Cowichan est la terre ancestrale de la Première Nation de Cowichan, un peuple salish du littoral. Les Cowichan continuent d’utiliser la rivière et ses écosystèmes à des fins traditionnelles pour s’alimenter, se vêtir, s’abriter et se soigner. La rivière a toujours été un important couloir de transport menant à d’autres bassins hydrographiques et offrant des occasions de commerce.

À l’arrivée des colons asiatiques et européens, l’industrie forestière est devenue partie intégrante de l’économie locale, et le douglas, la pruche, l’épinette de Sitka et le thuya étaient exportés non seulement partout en Amérique du Nord, mais également aussi loin qu’en Australie. La rivière Cowichan était d’une importance capitale à cette époque, puisqu’elle fournissait une voie de transport pour les précieux rondins vers la côte. Aujourd’hui, des méthodes de coupe sélective fondées sur des modèles de rotation de plus de 80 ans sont utilisées pour préserver la viabilité de la forêt.

Patrimoine récréatif

L’accessibilité de la vallée de la Cowichan a contribué à en faire un lieu de choix pour pratiquer des activités récréatives sur l’île de Vancouver. Destination internationale pour la pêche, la vallée riveraine est aussi renommée pour ses randonnées spectaculaires, ses magnifiques terrains de camping et ses vignobles de calibre mondial.

La rivière Cowichan est une destination de pêche internationale, l’hiver pour la pêche de la truite arc‑en‑ciel au filet dérivant et pour la pêche du saumon et de la truite à la ligne et à la mouche. La rivière est également renommée pour ses panoramas naturels spectaculaires et ses magnifiques terrains de camping, et pour la pratique d’activités comme le kayak, le canotage, la photographie et la randonnée pédestre. En automne, il est possible d’y voir des membres des tribus des Cowichans pêcher avec adresse à l’épuisette et au harpon.

Le parc provincial de la rivière Cowichan (en anglais seulement) est adjacent à un chemin de fer abandonné qui se transforme en lieu récréatif pour les cyclistes, les randonneurs et les cavaliers. Les visiteurs peuvent aussi profiter du sentier historique de la rivière Cowichan, qui fait 20 km de long, et d’une abondance de terrains de camping, d’aires de repos et de pique-nique dans le parc. Les ponts sur chevalets restaurés des secteurs 66-Mile et Holt Creek sur le Sentier transcanadien fournissent des vues spectaculaires sur la rivière et permettent d’imaginer l’époque où des pirogues en cèdre parcouraient la rivière qui tenait lieu de route. La rivière était alors utilisée comme principal moyen de transport. Plus tard, des wagons de trains chargés de billes de bois viendront assurer le transport avec grand fracas bien au-dessus de la rivière Cowichan.

Qui gère la rivière?

La rivière Cowichan est reconnue pour être le cœur écologique et culturel de la vallée de la Cowichan. Les Salish du littoral en sont les intendants depuis des millénaires. Aujourd’hui, les tribus des Cowichans reçoivent l’aide de divers partenaires, dont BC Parks, qui est responsable du programme du Réseau des rivières du patrimoine canadien (RRPC) et administre le réseau de rivières situé dans son territoire, le District régional de Cowichan Valley, la Cowichan Stewardship Roundtable, le Cowichan Watershed Board et beaucoup d’autres organismes travaillant en collaboration pour assurer un avenir positif à cette emblématique rivière du patrimoine.

BC Parks, en Colombie-Britannique, gère le programme du RRPC dans cette province et il gère aussi un parc provincial (en anglais seulement) situé le long de la rivière. D’autres partenaires importants participent à la gestion de la rivière, dont le Cowichan Valley Regional District (en anglais seulement), le Cowichan Watershed Board (en anglais seulement), la Cowichan River Stewardship Roundtable (en anglais seulement) et la Cowichan Tribes (en anglais seulement).

Faits intéressants

Le nom Cowichan vient du mot Quw’utsun, ou Hul’q’umi’num’ dans la langue des premiers peuples, et signifie « se réchauffer le dos ». Le cours inférieur de la rivière Cowichan est un tronçon sous le vent abrité de la pluie et se caractérise par de longs étés chauds. Le cours supérieur du bassin hydrographique est une dense forêt pluviale recevant jusqu’à cinq mètres de pluie par année.

Pendant des années, la rivière Cowichan a été une destination de choix pour la pêche à la ligne du saumon et de la truite. Au début des années 1900, le statut de rivière de pêche de la Cowichan était annoncé dans les clubs de pêche londoniens, en Angleterre. Des pêcheurs affluent toujours du monde entier pour descendre la rivière dans des chaloupes accompagnés de guides.

Si vous avez la chance d’explorer la région au bon moment de l’année, vous pourriez observer des espèces de plantes rares comme le trèfle cyathifère, la collinsie printanière et l’érythrone rose.

Nous vous invitons à découvrir le formidable projet de restauration de la rivière Cowichan, qui a permis la revitalisation de la falaise Stolz Bluff, l’amélioration de la qualité de l’eau et la protection de l’habitat des poissons de la rivière Cowichan, dans la section Histoires de réussite.

Photos