Coppermine

Coppermine

esnagami and great bear

Patrimoine naturel

La rivière Coppermine court sur 450 km de long (si l’on inclut deux de ses affluents, la rivière Kendall et le ruisseau Melville), de la frontière du Nunavut et des Territoires du Nord-Ouest, jusqu’à Kugluktuk. La rivière est limitée à l’ouest par le Grand lac de l’Ours, au sud par le Grand lac des Esclaves et au nord par le golfe du Couronnement.

La Coppermine traverse avec force la toundra, parsemée d’épinettes rabougries sur ses berges. Les falaises de grès rouge en amont se métamorphosent en grès blanc avant de déferler sur des sédiments marins blancs à l’approche de la côte. Des chaînes de petites collines dominent un paysage riche en espèces fauniques, et la rivière poursuit sa course vers le nord dans un milieu plus humide.

Le bœuf musqué et le caribou broutent la végétation des hautes terres, constamment à l’affût des loups ou des grizzlis. La rivière Coppermine offre un habitat au renard arctique, au loup de la toundra et au carcajou qui trouvent un abri sur les berges de la rivière et qui chassent le long des plaines d’inondation. La rivière est aussi un habitat important pour différentes espèces d’oiseaux, notamment des cygnes de la toundra, des oies, des faucons, des aigles et d’autres rapaces. L’aigle royal et le pygargue à tête blanche nidifient sur la falaise au-dessus de la rivière.

Patrimoine culturel

Résidences ancestrales pour les Inuits et les Dénés, d’anciens sites de campement archéologiques sont répertoriés tout le long de la Coppermine. Pendant des milliers d’années, la rivière Coppermine a été une voie de déplacement fort utilisée, offrant des terrains de chasse à plusieurs peuples autochtones. Les Prédorsétiens chassaient le long de ses rives à l’aide de minces outils taillés dans le silex, par exemple de petites lames de couteau, des têtes de flèche et des grattoirs.

Aujourd’hui, les campings anciens sont courants le long de la rivière et les pagayeurs trouveront des sites anciens et actuels de cache et d’entreposage d’aliments, des pièges à renard, des porte-kayak, des stores de chasse (appelés « taluit »), ainsi que le jeu de réseaux d’entonnoirs en pierre de cairns (appelés « inuksuit »). Près de l’embouchure de la rivière, le parc territorial Kugluk (les chutes Bloody) (en anglais seulement) dispose d’une gorge étroite, d’une chute d’eau et de rapides. L’histoire fascinante de ce lieu est entre autres composée de l’utilisation millénaire d’un camp de pêche.

Le Coppermine a également figuré au premier plan lors de l’exploration de l’Arctique, tout comme lors des voyages de Samuel Hearne en 1771, dans la première expédition de Franklin, en 1820, ainsi que lors de la deuxième expédition de Franklin, en 1825.

Patrimoine récréatif

La rivière Coppermine est idéale pour les adeptes de sports de pagaie, tant novices que chevronnés, qui traversent le cercle arctique sur le chemin de la rivière à l’océan Arctique. Un certain nombre d’entreprises commerciales offrent des excursions d’une à trois semaines en canot, en rafting et en kayak sur la rivière Coppermine. Les excursions sur la rivière commencent généralement par un voyage en hydravion affrété à Yellowknife, aux Territoires du Nord-Ouest, et se terminent à l’embouchure de la rivière, dans la communauté de Kugluktuk, où les pagayeurs peuvent prendre des vols commerciaux. La rivière est un lieu de pêche par excellence, on y trouve le touladi, l’ombre arctique et, dans le cours inférieur de la rivière, l’omble chevalier.

Qui gère la rivière?

La rivière Coppermine a été mise en candidature, mais n’est pas encore désignée comme rivière du patrimoine canadien. Une fois désignée, elle sera gérée conjointement par plusieurs partenaires de la collectivité coordonnés par Parcs territoriaux et endroits spéciaux du ministère de l’Environnement du Nunavut.

Faits intéressants

Les Inuits de Kugluktuk parlent inuinnaqtun – une langue légèrement différente de l’inuktitut – parce qu’ils sont les Inuits du cuivre, descendants de l’ancien peuple de Thulé, qui ont des traditions culturelles distinctes. Les Inuits du cuivre ont été ainsi nommés parce qu’ils ont fait des pointes de flèches, des fers de lance, des lames ulu, des burins, des harpons et des couteaux à partir du cuivre trouvé le long des rives de la rivière Coppermine.

Photos