Arctic Red (Tsiigehtchic)

Arctic Red

annie_norbert_collecting_spruce_gum_at_martin_zheh_field_school_photo__ingrid_kritsch_gsci

Patrimoine naturel

La rivière Arctic Red coule vers le Nord, Nord-Ouest, à partir des glaciers des monts Mackenzie Nord, jusqu’au fleuve Mackenzie, à 25 km au sud du sommet méridional du delta du fleuve Mackenzie, en traversant un territoire très varié. Il s’agit, dans son premier tiers, d’une rivière de montagne qui descend vers la zone aride des monts Mackenzie, et qui prend ses sources de la pluie, de la neige fondue au soleil et de la fonte des glaciers. En son centre, la rivière Arctic Red a creusé un impressionnant canyon et un réseau de vallées à travers le plateau Peel, puis, vers la fin de son parcours, elle se transforme en une rivière calme, chargée de sédiments, qui coule à travers les basses terres Mackenzie jusqu’à sa rencontre avec le fleuve Mackenzie.

Les monts Mackenzie Nord qui dominent le paysage ont été formés par les forces tectoniques il y a plus de 65 millions d’années. Le bas des montagnes et la vallée de la rivière sont peuplés de forêts d’épinettes qui peuvent survivre aux vents polaires. On y trouve aussi certaines des forêts boréales les plus anciennes du Canada.

Dans la partie de la rivière sise en montagnes, on peut observer le grizzli à l’affût des troupeaux de mouflons et de caribous. Dans le cours inférieur de la rivière, ce sont l’orignal, le loup, la martre, le rat musqué, le castor, la loutre, le lynx, le carcajou, le renard roux et le caribou des bois que l’on peut apercevoir.

Patrimoine culturel

Des fouilles archéologiques effectuées à l’embouchure de la rivière indiquent que les Gwich’in utilisaient la rivière comme lieu de pêche bien des siècles avant qu’Alexander Mackenzie n’aperçoive la rivière pour la première fois en 1789. Les missionnaires de l’Église catholique romaine sont arrivés à la rivière Arctic Red en 1868, bien que l’église située à l’embouchure de la rivière n’ait été construite qu’en 1921. Les commerçants de la Compagnie du Nord et la Compagnie de la Baie d’Hudson ont tenu des postes rivaux à l’embouchure de la rivière au cours des années 1890 et au début des années 1900. La Gendarmerie royale du Canada y a établi un détachement pendant la plus grande partie du 20e siècle.

De nos jours, la rivière comble toujours la majeure partie des besoins fondamentaux de la communauté de Tsiigehtchic. On chauffe les maisons avec le bois séché provenant des forêts d’épinettes blanches. En été et en automne, la rivière est garnie des filets de pêche tendus par les résidents de Tsiigehtchic. L’événement le plus important de l’histoire récente des Gwich’in est le règlement de leur revendication territoriale. L’Entente sur la revendication territoriale globale des Gwich’in négociée avec le gouvernement du Canada accorde aux bénéficiaires la propriété de vastes secteurs du delta du Mackenzie et de la région de la rivière Arctic Red. L’entente prévoit aussi des dispositions pour la participation des Gwich’in dans la gestion des ressources naturelles et culturelles régionales.

Patrimoine récréatif

La rivière Arctic Red offre d’extraordinaires possibilités de navigation en milieu sauvage avec embarcation motorisée ou non motorisée. Le débit de la rivière permet de la remonter sur près de 200 km.

On peut aussi descendre la rivière Arctic Red en canot, en kayak et en radeau pneumatique sur une distance impressionnante de 340 km. Bien que la pêche sportive y soit peu développée, elle demeure l’une des ressources récréatives les plus exceptionnelles. Le bassin hydrographique est aussi un territoire de chasse fort prisé, notamment en raison du mouflon de Dall qui est considéré comme le plus beau trophée pour les chasseurs dans les montagnes. Les voyageurs qui aiment se déplacer en milieu sauvage pourront établir leur campement à l’un des nombreux sites naturels aux abords de la rivière.

Qui gère la rivière?

La rivière Arctic Red est gérée par le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest dans le cadre du Réseau des rivières du patrimoine canadien.

Faits intéressants

Tous les printemps, la glace de la rivière Arctic Red fond avant celle du fleuve Mackenzie, conséquemment, dans les années de fortes crues, les glaces du Mackenzie peuvent remonter jusqu’à 70 km dans l’Arctic Red et laisser des traces sur les troncs d’arbres à une hauteur de 5 mètres au-dessus du niveau de la rivière.

Le nom Tsiigehtchic signifie dans la langue des Gwichya Gwich’in « à l’embouchure de la rivière ferreuse », ce qui représente bien cette communauté située à l’embouchure de la rivière Arctic Red.

Photos