La désignation au titre de rivière du patrimoine canadien, un catalyseur pour l’amélioration de la qualité de l’eau

La désignation au titre de rivière du patrimoine canadien, un catalyseur pour l’amélioration de la qualité de l’eau

Désignation et qualité de l’eau

La rivière Détroit a été désignée au titre de rivière du patrimoine canadien en 2001, et depuis, les municipalités, les membres de la communauté et d’autres partenaires le long de la rivière ont entrepris plus de 500 projets d’amélioration de la qualité de l’eau, et les résultats sont spectaculaires.

Le directeur général de l’Office de protection de la nature de la région d’Essex (OPNRE; site en anglais seulement), Richard Wyma, indique que « la désignation de la rivière en raison de son patrimoine culturel a agi comme catalyseur en stimulant de nombreux projets visant à améliorer les valeurs naturelles de la rivière ».

Des projets d’envergure qui engendrent des résultats incroyables

L’histoire industrielle de la rivière Détroit et le fait qu’elle serpente dans une région où vivent 5 millions de personnes sont deux facteurs qui ont eu des répercussions négatives sur la qualité de l’eau. Pour remédier à cette situation, les municipalités situées le long de la rivière, l’OPNRE et d’autres partenaires ont travaillé en étroite collaboration pour mettre sur pied et entreprendre de nombreux projets d’amélioration de la qualité de l’eau :

  • le retrait, en 2008, de 975 mètres cubes de sédiments contaminés aux BPC dans le ruisseau Turkey;
  • l’agrandissement, en 2008, de l’usine de recyclage de l’eau Lou Romano, projet qui a permis d’ajouter un traitement secondaire des eaux et de pratiquement doubler  la capacité de cette usine qui est non seulement la plus importante usine de traitement primaire des eaux du bassin des Grands Lacs, mais également l’une des dernières;
  • la construction, en 2011, du bassin de traitement de rétention de Windsor qui a réduit la quantité d’eaux non traitées qui se déversent dans la rivière lors des débordements d’égouts.

D’autres projets d’amélioration de la qualité de l’eau ont également été entrepris, parmi lesquels la création de zones tampons et de structures de contrôle de l’érosion des sols, la modernisation des fausses septiques, le coiffage de puits et la restauration des milieux humides dans les bassins hydrographiques qui se déversent dans la rivière Détroit.

La surveillance continue de la rivière effectuée par l’OPNRE montre que ces projets ont eu d’importantes répercussions positives sur la qualité de l’eau de la rivière.

L’éducation et l’intendance communautaire ont une incidence

protecting_our_riverCes projets, combinés aux initiatives éducatives et aux activités d’intendance communautaire, comme l’initiative canadienne d’assainissement de la rivière Détroit (en anglais), ont eu une incidence telle sur la qualité de l’eau que l’OPNRE, songe maintenant à présenter une demande pour que les valeurs naturelles de la rivière soient ajoutées à la désignation. Pour en savoir plus sur l’amélioration remarquable de la qualité de l’eau et de l’environnement naturel de la rivière, consultez le Rapport de surveillance décennal de la rivière Détroit du RRPC.

À propos de la rivière Détroit

La rivière Détroit, longue de 51 kilomètres, est située au cœur du bassin des Grands Lacs et sert de frontière internationale entre le Canada et les États-­Unis. Elle a été ajoutée au RRPC en 2001.  Comme elle a également été désignée rivière du patrimoine américain (en anglais seulement); elle est la première rivière à bénéficier d’une désignation internationale. Le gestionnaire des rivières liées au RRPC est l’Office de protection de la nature de la région d’Essex (en anglais seulement).