Journée des lieux patrimoniaux

Journée des lieux patrimoniaux

Le 6 juillet 2019, nous célébrerons la Journée des lieux patrimoniaux du Canada. Cette journée est l’occasion idéale de se rapprocher du patrimoine du Canada. Voyagez dans le temps en visitant nos rivières du patrimoine canadien et découvrez ce qu’elles ont signifié et continuent de signifier pour les gens qui les entourent et pour vous.

 

Préhistoire

Les rivières du Canada ont vu des millions d’années s’écouler, et certaines ont conservé des traces de ce qui s’est passé pendant toutes ces années. L’histoire des rivières ci-dessous s’est inscrite sur leurs berges et a été révélée par d’incroyables découvertes archéologiques!

  • Route frontalière des Voyageurs

Les 124 sites archéologiques trouvés le long des rives de la route frontalière des Voyageurs témoignent de son histoire longue de plus de 10 000 ans. On y trouve entre autres des sites de pictogrammes et des carrières de taille d’outils paléoindiens. L’histoire ici a réellement été écrite sur les murs.

  • Rivière Mattawa

Cette rivière de l’Ontario a contribué à la formation du paysage que l’on voit aujourd’hui. Il y a plus de 10 000 ans, après la fonte des nappes glaciaires qui recouvraient l’Ontario, les Grands Lacs se sont déversés dans la rivière des Outaouais par la rivière Mattawa au lieu de passer par le lac Ontario et le fleuve Saint-Laurent.

  • Rivière Seal

On trouve un grand nombre d’artéfacts préhistoriques et de sites archéologiques le long de la rivière Seal, dont certains datent d’il y a 7 000 ans. Ils racontent l’histoire de ce qui s’est passé sur les berges de cette rivière du Manitoba.

  • Rivière Bloodvein

Parmi les vestiges patrimoniaux les plus notables de la rivière Bloodvein figurent des sites archéologiques non perturbés qui ne laissent aucun doute sur la présence de nombreux chasseurs-cueilleurs préhistoriques. Des pictogrammes datant de 900 à 1200 racontent leur histoire.

Culture autochtone traditionnelle (avant l’arrivée des Européens)

Bien avant le début de l’histoire écrite du Canada, les peuples autochtones vivaient sur des terres où les rivières faisaient partie intégrante de leur culture traditionnelle, et le sont encore aujourd’hui.

  • Rivière Tatshenshini

La rivière Tatshenshini a été désignée à titre d’exemple remarquable du patrimoine culturel du Canada en raison de son importance dans l’histoire et la culture des Premières Nations de Champagne et d’Aishihik, et de la relation que ces dernières entretiennent avec elle.

  • Rivière Alsek

Même si encore peu de gens résident aujourd’hui dans la vallée de l’Alsek, cette région du Yukon est habitée par des peuples autochtones depuis environ 10 000 ans.

  • Rivière Nahanni Sud

Selon la tradition orale dénée, le peuple des Dénés se déplace et pratique la cueillette et la chasse depuis des milliers d’années dans les montagnes anciennes près de la rivière Nahanni Sud, suivant les couloirs naturels et les déplacements des animaux.

  • Rivière Tsiigehnjik (rivière Arctic Red)

Les Gwichya Gwich’in de Tsiigehtchic (la collectivité à l’embouchure de la rivière) naviguent sur la rivière Tsiigehnjik dans les Territoires du Nord-Ouest et l’utilisent depuis des milliers d’années. Elle était une composante importante du circuit saisonnier des Gwichya Gwich’in : remonter la rivière à l’automne et la redescendre au printemps, après la débâcle.

  • Rivière Thelon

On trouve le long de la rivière Thelon, au Nunavut et dans les Territoires du Nord-Ouest, des inukshuks qui donnent un aperçu de la culture d’hier et d’aujourd’hui des Inuits; ces empilements de pierres servent de points de repère dans le paysage. Les inukshuks font ressortir presque tous les aspects essentiels de la vie inuite.

  • Rivière Cowichan

La vallée de la rivière Cowichan, en Colombie-Britannique, est la terre ancestrale de la Première Nation de Cowichan, un peuple salish du littoral. Les Cowichan utilisent encore aujourd’hui la rivière et ses écosystèmes de façon traditionnelle pour s’alimenter, se vêtir, s’abriter et se soigner.

  • Rivière Main

Cette rivière de Terre-Neuve a été témoin de l’arrivée et du départ de bien des gens. Selon les vestiges archéologiques, les Inuits habitaient la région il y a 2 100 ans. Sur la rive nord, juste à l’ouest de Sop’s Arm, on a trouvé des vestiges de la culture nomade des Béothuks. Au cours des derniers siècles, les Français et les Anglais exploitaient des entreprises de pêche dans le secteur.

Premiers explorateurs et commerce des fourrures

La beauté naturelle des paysages et de la nature du Canada ont sans aucun doute charmé les premiers explorateurs et les pionniers. Les rivières étaient un élément important de la nature et ont joué un rôle clé dans l’expansion de l’influence européenne.

  • Rivière Sainte-Croix

L’histoire remarquable de cette rivière du Nouveau-Brunswick comprend l’emplacement du premier établissement européen en Amérique du Nord, au nord de la Floride, soit celui de l’île Sainte-Croix établi à l’embouchure de la rivière par Samuel de Champlain en 1604.

  • Bassin Three Rivers

Le bassin Three Rivers (rivières Cardigan, Brudenell et Montague/Valleyfield) est l’endroit où se sont établis en 1732 les premiers pionniers français arrivés à l’Île-du-Prince-Édouard.

  • Rivière Haute-Ristigouche

La dernière bataille navale entre la France et la Grande-Bretagne pour la possession de l’Amérique du Nord a eu lieu dans la rivière Haute-Ristigouche, au Nouveau-Brunswick, en 1760. Lors de cet affrontement, appelé la bataille de la Rivière-Ristigouche, les Anglais ont détruit la flotte française.

  • Fleuve Saint-Jean

Le fleuve Saint-Jean a joué un rôle important dans la colonisation de la région, d’abord par les Français, et plus tard par les Britanniques. Voie de communication cruciale reliant le Haut et le Bas-Canada à la région de l’Atlantique, dans ce qui est aujourd’hui le Nouveau-Brunswick, ce fleuve a été surnommé « la route du Canada » par un historien.

  • Rivière Humber

La rivière Humber est l’un de deux trajets secondaires établis par les Premières Nations et qui relient le lac Ontario et le secteur supérieur des Grands Lacs. On appelle ce trajet le Portage de Toronto (ou Carrying Place Trail en anglais). Cette voie commerciale rendait le secteur attrayant pour les commerçants et explorateurs européens à leur arrivée au XVIIe siècle.

  • Rivière Hayes

Situé à l’embouchure de la rivière Hayes, York Factory a été pendant plus de deux cents ans le principal dépôt et centre opérationnel de la Compagnie de la Baie d’Hudson pour le commerce des fourrures.

  • Rivière Clearwater

En 1778, l’explorateur européen Peter Pond, guidé par les Premières Nations dénées, a parcouru les 19 kilomètres du portage Methye entre le lac La Loche et la rivière Clearwater, entre la Saskatchewan et l’Alberta. Pour la première fois, une route terrestre praticable était ouverte jusqu’à la riche région de l’Athabasca afin de faciliter les échanges commerciaux directs.

  • Rivière des Français

La rivière était un tronçon important de la route de la traite des fourrures en Ontario et était utilisée par les voyageurs. D’autres explorateurs, comme Alexander Mackenzie, Simon Fraser et David Thompson qui ont pagayé sur ces rivières pour se rendre vers l’ouest et aller découvrir des rivières qui portent désormais leur nom.

  • Rivière Saskatchewan Nord

À la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe, Wilcox et Collie ont été les premiers Européens à remonter le bras nord de la rivière Saskatchewan Nord avec l’objectif d’étendre le commerce des fourrures ainsi que le transport de personnes et de marchandises dans l’Ouest canadien.

  • Fleuve Fraser

C’est par les explorations associées au commerce des fourrures que l’influence européenne dans le bassin versant s’est d’abord fait sentir. Les excursions menées par Simon Fraser en 1808 pour le compte de la Compagnie du Nord-Ouest ont attiré l’attention sur le territoire vaste et riche qui s’étendait au-delà des montagnes Rocheuses. En 1827, le premier poste de traite des fourrures, le fort Langley, a été établi au bord du fleuve.

  • Rivière des Outaouais

La rivière des Outaouais était un carrefour important utilisé pour le transport et le commerce, d’abord par les Premières Nations et plus tard par les Européens. Elle a joué un rôle fondamental dans les premières activités d’exploitation forestière au pays.

  • Rivière Thames

La rivière Thames a été l’un des principaux endroits où s’est déroulée la guerre de 1812, et l’endroit où le légendaire chef shawnee Tecumseh est décédé lors de la bataille de Moraviantown. Un traité de paix signé ultérieurement a défini la frontière canado-américaine dans ce qui est aujourd’hui le Sud-Ouest de l’Ontario.

  • Rivière Coppermine

La rivière Coppermine a occupé une place prépondérante dans l’exploration de l’Arctique. On y fait par ailleurs allusion dans les voyages de Samuel Hearne en 1771, dans la première expédition de Franklin en 1820, ainsi que dans la deuxième expédition de Franklin en 1825.

  • Rivière Soper

Des baleiniers écossais et américains empruntaient la rivière Soper pour se rendre dans le détroit d’Hudson et chasser la baleine boréale. Dans les premières décennies des années 1900, un poste de traite a été établi à Kimmirut (appelé à l’époque Lake Harbour) et un certain nombre d’entreprises minières ont pris la relève de l’industrie en déclin de la chasse à la baleine.

  • Rivière Rouge

Au cœur de l’histoire culturelle régionale, la rivière Rouge est une source de ressources et une voie de transport de grande importance depuis des milliers d’années, d’abord pour les Premières Nations, et depuis trois siècles, pour l’exploration, le commerce des fourrures et la colonisation par les Européens. Aujourd’hui, la vallée de la rivière Rouge est la région la plus densément peuplée au Manitoba.

Ère des chemins de fer

Alors que le progrès technologique avance à toute vapeur au pays, les rivières continuent de jouer un rôle très important, quoique changeant, dans l’histoire du Canada.

  • Rivière Missinaibi

Au fil du déclin de la traite des fourrures, le chemin de fer a attiré des pionniers, des chasseurs et trappeurs non autochtones ainsi que des prospecteurs et des mineurs. L’exploitation forestière était étroitement liée à l’aménagement du chemin de fer et cette industrie demeure l’un des principaux employeurs de la région aujourd’hui. À maints égards, l’histoire de la rivière Missinaibi est le reflet, à petite échelle, de l’histoire du Canada.

  • Rivière Hillsborough

Charlottetown est située au confluent des rivières North, Hillsborough et West et du détroit de Northumberland. C’est dans cette ville que se sont d’abord rencontrés les Pères de la Fédération en 1864, ouvrant la voie à la création du pays.

  • Rivière Shelburne

La rivière Shelburne a servi au flottage du bois (la drave) au cours du XIXe siècle. Les billots récoltés en amont étaient dirigés jusqu’aux moulins à scie en aval. Des barrages temporaires étaient bâtis à certains endroits le long de la rivière afin de retenir l’eau pour la drave.

  • Rivière Kicking Horse

Situé le long de la rivière du même nom, le col Kicking Horse a été choisi pour faire passer le premier chemin de fer transcontinental du Canada, le Canadien Pacifique, par-dessus les Rocheuses et la ligne continentale de partage des eaux. C’est également dans ce col que, plus tard, on a construit la route Transcanadienne.

  • Rivière Athabasca

Deux chemins de fer transcontinentaux, la Grand Trunk Pacific et la Canadian Northern, ont été construits dans la vallée de l’Athabasca.

  • Rivière Bonnet Plume River

La rivière Bonnet Plume a été nommée en l’honneur d’Andrew « Nee-sheh » Bonnetplume, un dirigeant des Gwich’in Tetlit qui a travaillé périodiquement pour la Compagnie de la Baie d’Hudson et qui a été chercheur d’or dans le bassin versant de la rivière Peel.

  • Tronçon Thirty Mile

À son apogée en 1898, la ruée vers l’or du Klondike a attiré près de 30 000 chercheurs d’or qui ont parcouru le tronçon Thirty Mile dans 7 000 bateaux, de Bennett en Colombie-Britannique jusqu’aux champs aurifères près de Dawson. On peut voir des sépultures modestes le long du tronçon Thirty Mile, et certains endroits ont été nommés d’après les bateaux qui y ont fait naufrage, par exemple les ruisseaux Domville et La France, et les écueils Casca et Tanana.

  • Voie navigable Rideau

Désigné lieu historique national et site du patrimoine mondial de l’UNESCO en Ontario, le canal Rideau est une voie navigable artificielle, et l’une des raisons pour lesquelles Ottawa a été choisie comme capitale du Canada.

Époque moderne

De diverses façons, les rivières jouent encore un rôle essentiel dans l’histoire récente et les cultures actuelles; les rivières continuent d’en recueillir des récits. Pouvez-vous imaginer tout ce qu’elles ont vécu?

  • Rivière Kazan

Cette rivière a vu des gens écrire l’histoire pour les générations futures : depuis les années 1970, des pagayeurs qui traversent la rivière Kazan laissent à un cairn près des chutes Kazan des notes à l’intention d’autres groupes. En 1992, les notes ont été retirées à des fins de conservation; les notes ont été réunies dans un cahier à l’épreuve de l’eau et un exemplaire a été placé au cairn.

  • Rivière Détroit

Étant l’un des points de passage transfrontaliers de l’Amérique du Nord, la rivière Détroit a permis non seulement aux esclaves de trouver la liberté au Canada en fuyant les États-Unis par le chemin de fer clandestin, mais aussi aux contrebandiers de rhum de faire passer leur marchandise illicite d’un pays à l’autre à l’époque de la prohibition.

  • Rivière Sainte-Marie

Pendant de nombreuses années, les écluses combinées canado-américaines de Sault Ste. Marie ont été les plus achalandées des ouvrages de ce type dans le monde. En 1985, la responsabilité d’exploiter le canal de Sault Ste. Marie a été transférée à Parcs Canada, qui a pour mandat de préserver les ressources naturelles et culturelles du canal et d’en faire l’interprétation.

  • Rivière Bay du Nord

Cette rivière de Terre-Neuve donne l’impression de pouvoir arrêter le temps. Désignée avant tout pour son patrimoine naturel, la rivière demeure un exemple parfait de la beauté naturelle du Canada, encore inchangée par le monde en évolution qui l’entoure.

  • Rivière Margaree

Cette rivière de la Nouvelle-Écosse a été témoin de bien des changements, mais aussi de la conservation des traditions. Encore aujourd’hui, des personnes aux origines diverses pratiquent sur les rives de la rivière Margaree des activités traditionnelles comme la pêche, l’exploitation forestière et l’agriculture.

  • Rivière Grand

La rivière Grand de l’Ontario a été le site d’innovations modernes. Le premier barrage du Canada, appelé le barrage Shand, a été construit sur la rivière Grand, à Fergus, en 1942. Une installation de pêche d’aval est située juste en aval du barrage.